Guide nature de Belgique

Ce forum est destiné aux candidats guide nature de la formation des CNB
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 9 Parcs Naturels en Région Wallonne

Aller en bas 
AuteurMessage
primerelles

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: 9 Parcs Naturels en Région Wallonne    Dim 27 Jan - 15:50

Le Parc naturel des Vallées de la Burdinale et de la Mehaigne
Le Parc Naturel des Vallées de la Burdinale et de la Mehaigne se situe en Hesbaye, dans le triangle formé par les villes de Huy, Andenne et Hannut.
Il regroupe 22 villages et hameaux des entités de Braives, Burdinne, Héron et Wanze ; ± 15 000 habitants vivent dans le Parc Naturel.

Les rivières dont il tient son nom, la Burdinale et la Mehaigne sillonnent 11.000 ha en donnant naissance à deux vallées très diversifiées du point de vue géographique, logeant d’intéressants paysages et de beaux villages bien conservés. Nous avons effectivement la chance d’être le point de rencontre entre le plateau de Hesbaye et les bords de Meuse. Cette particularité nous offre des écosystèmes forestiers de milieux humides et des prairies de fond de vallées d’une part, et les vastes étendues agricoles de Hesbaye d’autre part. Le randonneur bénéficie ainsi de promenades variées, au milieu d’une faune et d’une flore exceptionnelles avec de nombreux sites classés « Natura 2000 », le réseau européen de sites de biodiversités remarquables.

Fort d’un patrimoine naturel, historique, culturel et architectural remarquable, tels que châteaux et fermes historiques, le Parc Naturel s’avère un lieu privilégié pour la villégiature et le tourisme diffus, respectueux de l’environnement et de la ruralité.


Notre Offre touristique :
· Pierre (les bords de Meuse à affleurements rocheux)
· Eau (les vallées encaissées humides de la Burdinale et de la Mehaigne).
· Terre (le plateau fertile agricole de Hesbaye).

L’Intérêt des vallées de la Burdinale et de la Mehaigne :

· Qualité de biodiversité et des paysages
Les vallées de la basse Mehaigne et de la Burdinale s’encaissent fortement dans le plateau hesbignon, engendrant un contraste paysager du plus grand intérêt (prairies sèches, humides et marécageuses, versants boisés, affleurement rocheux, bocages, saules têtards, vergers et chemins creux), responsable d’une grande diversité de la flore et de la faune (saxifrage granulée, busard cendré,...).

Le Parc naturel Hautes Fagnes-Eifel
Le Parc naturel Hautes Fagnes - Eifel vous offre une multitude de paysages à découvrir: de l'impressionnant Hertogenwald dans la Nord en passant par le plateau exceptionnel des Hautes Fagnes, les lacs, ou encore la vallée de l'Our avec ses nombreux cours d'eau et réserves naturelles!
Le Parc naturel Hautes Fagnes - Eifel est un territoire dynamique qui vit principalement de l'agriculture, de la sylviculture et du tourisme. Le Parc naturel ne comprend pas de zoning industriel, seuls quelques PME principalement dans le domaine de la construction et de l'industrie du bois se situent à l'intérieur du Parc naturel.
Le Parc naturel exprime la volonté de soutenir le développement économique sur son territoire. Dans ce cadre, le Parc naturel régional est une structure de concertation et un outil d’aménagement au service des Communes et Communautés de communes.
Dans le même temps, il mène ce travail en collaboration avec d'autres organismes tels que la Fondation rurale de Wallonie (FRW), la société de promotion économique de l'Est de la Belgique (WFG), ou encore l'Office du Tourisme des Cantons de l'Est (OTCE) en ce qui concerne le développement d'un tourisme doux.
Dans le cadre du développement économique, le Parc ne prend des initiatives que si elles sont compatibles avec le respect de l'environnement et des paysages typiques. Ce développement durable nous semble en effet indispensable si cette région veut agir à long terme. Cette logique se comprend facilement dans le contexte du tourisme: si la région souhaite maintenir voire développer le tourisme qui prend ses racines dans la nature et les paysages fabuleux de la région, il est indispensable de préserver ces dernier.
Exemples:
Agriculture:
promouvoir l'intégration des bâtiments agricoles et préserver les milieux fragiles ou menacés tels que les haies, les milieux humides et les cours d'eau;
Sylviculture:
promouvoir la plantation d'espèces feuillues indigènes permettant de garantir des paysages typiques;
Tourisme:
sauvegarder/ restaurer des paysages typiques moyennant des projets de restauration de la nature, sensibiliser la population au maintien du bâti traditionnel, développer des sentiers didactiques, mettre le label "Parc naturel" à la disposition pour le développement 'un tourisme doux;

Le Parc naturel des Deux Ourthes
C’est sous l’impulsion des communes de Bertogne, Gouvy, Houffalize, La Roche-en-Ardenne, Sainte-Ode et Tenneville, qu’est né le projet de création du Parc Naturel des Deux Ourthes. Elles se sont associées en juin 2000 en intercommunale afin de mener leur projet à bien… Petit à petit, les idées multiples se sont concrétisées et le c’est le 12 juillet 2001 que le Parc Naturel des Deux Ourthes a officiellement vu le jour.
Il couvre une superficie de 75998 hectares et se trouve être le plus étendu parmi les neuf Parcs Naturels de Wallonie. Il a été structuré autour de deux pôles différents : l’Ourthe occidentale, l’Ourthe orientale et leur confluent d’une part, le plateau des Tailles d’autre part.
Un petit tour d’horizon laisse entrevoir ses multiples richesses :

- Au nord, la « Zone de Protection Spéciale » du Plateau des Tailles, point culminant à 652 mètres. Paradis du naturaliste, on y rencontre auprès des tourbières : linaigrettes, rossolis, sphaignes, nacrés de la canneberge ou de la bistorte, bruants des roseaux ou traquets pâtres…

- Au centre, le site du Hérou ( lui aussi en « Zone de Protection Spéciale » ) au confluent de l’Ourthe Orientale et de l’Ourthe Occidentale donne naissance à la remarquable vallée de l’Ourthe, encaissée et sinueuse, filant vers le nord et abritant le martin-pêcheur et le cincle plongeur…

- Ensuite, vers l’ouest, de vastes et profonds massifs forestiers feuillus offrent le couvert aux cerfs, chevreuils, sangliers, et chats sauvages.

- A l’est, les sources de l’Ourthe Orientale et ses quelques affluents traversent le plateau au travers de quelques vastes étendues semi-bocagères, zones de nourrissage de la cigogne noire.

- Vers le sud, de nombreux vallons, vallées et zones humides, autour de l’Ourthe Occidentale et de ses nombreux affluents offrent au regard de surprenants paysages ouverts sur une campagne encore intacte.

- Enfin, une multitude de petits villages et hameaux, recelant encore de superbes bâtisses typiques épargnées par la guerre, égaillent ce territoire d’exception…

Outre un intérêt particulier pour la rivière avec la mise en place d’un Contrat de Rivière Ourthe, un projet de gestion intégrée et participative des massifs forestiers de Saint Hubert se développe actuellement.

Bien que chaque commune ait sa spécificité, l’unité du Parc Naturel des Deux Ourthes réside dans ses caractéristiques ardennaises :

- Sols principalement acides et relativement pauvres sur des sous-sols schisto-gréseux très anciens,
- Forêts résineuses ou feuillues sur à peu près la moitié du territoire,

- Terres agricoles en quantité quasi égale,

- Quelques pour cents consacrés aux zones économiques,

- Habitat caractérisé par de nombreux villages accompagnés d’une multitude de petits hameaux disséminés

Le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier
Le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier a été créé par Arrêté du Gouvernement wallon le 12 juillet 2001. Il a été initié par l'association de 6 communes regroupées en intercommunale « Pouvoir Organisateur du Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier » qui regroupait les communes de Bastogne , Fauvillers , Vaux-sur-Sûre , Martelange , Habay et Léglise . Le territoire couvrait ainsi la quasi-totalité du bassin hydrographique de la Haute-Sûre, ainsi que l'ensemble du grand massif de la Forêt d'Anlier. En janvier 2002, le Directeur du Parc était désigné et la Commission de gestion installée. Au 01/01/2012, une équipe technique composée de 12 personnes est opérationnelle. Les compétences ainsi fédérées sont : l'environnement, l'aménagement du territoire, l'agriculture, la pédagogie, le tourisme, la communication et la gestion administrative.
Expérience-pilote d'extension d'un Parc naturel wallon La Commission de gestion et le Pouvoir Organisateur ont signé un accord de partenariat avec la Commune de Neufchâteau , candidate à l'adhésion au Parc naturel . En septembre 2009, une convention d'association a été adoptée, fixant les modalités d'une collaboration de 3 ans. Au terme de celle-ci, en 2012, le Pouvoir organisateur du Parc naturel, en accord avec la Commission de gestion, et sur demande de la Commune de Neufchâteau , propose de procéder à la modification du périmètre du Parc naturel. Le Parc naturel couvre donc l'entièreté du territoire administratif des 7 communes, ce qui représente une superficie de 80.500 hectares et près de 42.000 habitants.

Le Parc naturel de la Vallée de l’Attert

Le Parc Naturel de la Vallée de l'Attert a été créé le 14 juillet 1994. Son périmètre coïncide exactement avec les limites de la commune d'Attert, soit 7.095 ha.

Situé à mi-chemin entre Arlon et Martelange, le territoire du Parc Naturel de la Vallée de l'Attert occupe une zone charnière entre la forêt d'Anlier sur sol ardennais d'une part et les célèbres cuestas du Pays lorrain d'autre part. C'est cette originalité qui est en bonne partie responsable de la grande richesse de son milieu naturel.
L'Attert, rivière qui a donné son nom au Parc Naturel, prend sa source sur le territoire de la commune. Elle traverse ensuite la frontière belgo-luxembourgeoise et se jette dans l'Alzette, la Sûre, la Moselle et enfin le Rhin.

Un parc naturel est un territoire rural d'un haut intérêt biologique, paysager et patrimonial, soumis à des mesures destinées à assurer un développement durable de la biodiversité et de l'environnement, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement socio-économique du territoire concerné.

Un Parc Naturel est donc avant tout un outil de gestion du territoire en milieu rural.
Le milieu naturel et le développement, notamment économique, peuvent aujourd'hui se conforter l'un l'autre pour répondre à une demande qualitative de plus en plus importante. C'est dans cet esprit que le Parc Naturel poursuit ses activités selon plusieurs axes de travail.

Le Parc naturel Viroin-Hermeton
Le parc naturel Viroin-Hermeton, c'est 12 000 hectares de paysages exceptionnels et variés au sein desquels se répartissent huit villages au bon gré des eaux vives du Viroin...
Sur quelques kilomètres seulement, vous gravirez le Viroin poissonneux et entrerez dans les contreforts de l'Ardenne mystérieuse et profonde. Vous serez, dès lors, enveloppés dans de magnifiques forêts de feuillus. Au contraire d'une réserve naturelle dans laquelle on mène essentiellement des actions de conservation de la nature et du patrimoine, le développement économique durable, l'aménagement du territoire et la sensibilisation sont pris en compte, dans le but d'une gestion cohérente du territoire. Découvrez notre prestigieux patrimoine en parcourant les 300 kilomètres de sentiers balisés, truffés de musées et de sites remarquables. Archéologie, histoire, architecture, folklore régional et bien entendu nature, vous surprendront à chaque détour de votre visite !

Le Parc naturel des Hauts-Pays
Le parc naturel des Hauts-Pays se trouve dans une zone qui compte plusieurs sites de très grande valeur biologique, parfois d’importance nationale.
Certaines espèces végétales trouvent dans les Hauts-Pays leurs dernières stations du pays (par exemple : l’Euphorbe douce (Euphorbia dulcis), dont il ne subsiste plus que 7 stations en Belgique dont 3 dans les Hauts-Pays) et pour au moins une d’entre-elles il s’agit de l’unique station de Belgique : la luzule de Forster (Luzula forsteri).
En Wallonie, les Hauts-Pays constituent pour beaucoup d’espèces végétales ou animales leur ultime refuge au Nord du sillon Sambre et Meuse (par exemple, le buis (Buxus sempervirens)).
La présence de peuplements encore particulièrement bien fournis de plusieurs espèces d’orchidées calcicoles (Néottie (Neottia nidus-avis), céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium), platanthère des montagnes (Platanthera chlorantha), ophrys abeille (Ophrys apifera), ophrys mouche (Ophrys insectifera), orchis pourpré (Orchis purpurea), orchis mâle (Orchis mascula), orchis tacheté des bois (Dactylorhiza fuchsii)) est également un des grands atouts naturels du parc.
Certains de ces sites de grande valeur biologique sont issus d’anciennes pratiques agricoles actuellement tombées en désuétude (prés de fauche extensifs, prairies humides avec alignements de saules têtards ou haies d’épineux).
Ces zones agricoles en voie d’abandon ou de transformation sont encore présentes dans certains secteurs des Hauts-Pays. Toujours exploitées de manière assez extensive, elles abritent une faune (présence du Traquet tarier (Saxicola rubetra) par exemple) et une flore (nombreuses orchidées des milieux boisés) qui ont totalement disparu des régions voisines.

Le Parc naturel des Plaines de l’Escaut
L’origine du Parc naturel des Plaines de l’Escaut est à mettre directement en relation avec la naissance en 1968 du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, son voisin français, premier parc naturel reconnu en France. Dès cette époque, des prémisses de coopération transfrontalière ébauchent les premiers échanges de part et d’autre de la frontière. Ceux-ci seront officialisés en 1983 par la signature d’un protocole d’accord entre le Nord-Pas de Calais et la Wallonie, conscientes de la nécessité de coopérer dans le domaine de la protection de l’environnement et de la mise en valeur des espaces naturels nécessaires à la qualité des populations. Ce protocole envisage donc les perspectives de création d’un parc naturel «suprafrontalier»… deux années avant le décret wallon relatif aux parcs naturels. Trois années de procédures et de consultations permettront d’aboutir à la reconnaissance du Parc naturel des Plaines de l’Escaut en juin 1996. La grande aventure peut commencer sur cette terre fertile de mémoire.

Le Parc naturel du Pays des Collines
Constitué par les communes d’Ellezelles, de Flobecq, de Frasnes-lez-Anvaing, de Mont-de-l’Enclus et par une partie de la commune d’Ath (les villages de Mainvault, Houtaing et Ostiches), le Pays des Collines est un territoire imprégné d’une forte identité.
D’un passé riche, cette région bénéficie d’une géomorphologie propre lui donnant toute sa spécificité. Blottie au nord du Hainaut, jouxtant la région flamande, celle-ci se détache entre les vastes plaines du sud de Bruxelles et de l’est du Tournaisis.
Situé à cinquante kilomètres de Lille, quinze de Tournai, septante de Bruxelles et quarante de Gand, le Pays des Collines est aujourd’hui d’un accès aisé. Il est traversé par deux axes routiers importants: la liaison Leuze-Renaix (N60 reliant Valenciennes à Gand) et l’autoroute A8 reliant Tournai et Bruxelles.
La superficie totale du Parc naturel est de 23.327 hectares pour 26.125 habitants (début 2011).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JérémyL
Admin
avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 33
Localisation : Laeken

MessageSujet: Re: 9 Parcs Naturels en Région Wallonne    Mar 29 Jan - 18:57

je rajoute juste qu'il y a de la docu gratuite sur le site www.wallonie.be il faut juste la commander Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guidenaturebelgique.forumgratuit.be
 
9 Parcs Naturels en Région Wallonne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guide nature de Belgique :: Les différents cours :: Gestion de la nature-
Sauter vers: